Société

L'effervescence de la culture coréenne en France

Publié le

C'est essentiellement depuis les années 80 que la France vu naître une véritable fascination pour la culture asiatique, notamment japonaise par l'exportation croissante de dessins animés, films ou de jeux vidéos par des programmes comme le Club Dorothée ou la création des premières Japan Expo, conventions dédiées à la culture nippone. Désormais le nouvel Eldorado d'une génération française en quête de dépaysement se nomme la Corée du Sud, par différents aspects attrayants, notamment pour la jeunesse.

Nation en croissance constante, la Corée du Sud s'est depuis développée par la transmission des éléments caractéristiques du pays à l'international, de sa musique à sa gastronomie, avec un impact particulièrement singulier en France. L'attirance pour cette culture qui marque pour beaucoup le symbole d'une opposition radicale avec celle de notre pays, quelle soit dans les coutumes ou la mentalité des habitants, pousse de nombreuses personnes à s'y intéresser ou à se rendre directement sur place.

Le pays est marqué par les différents éléments de sa culture qui amène beaucoup de touristes dans les principales villes du pays comme Suwon ou sa capitale Séoul, et dont les habitudes des habitants ont pu faire la réputation d'une nation symbole d'une vie nocturne active dans les grandes métropoles qui vivent 24h/24h : nous pouvons citer les célèbres barbecues coréens ou la présence de karaokés dans de nombreux quartiers des grandes villes comme exemple.

Il s'agit également d'une nation riche d'une tradition millénaire qui fascine par ses édifices grandioses constitués de palais impressionnants comme le Gyeongbokgung situé près de Séoul, ou l'art qui symbolise toute l'essence de la culture coréenne, de sa musique et ses instruments tels que le gayageum ou ses danses, généralement représentées en tenue traditionnelle.

Crédit : Palais de Gyeongbokgung, Séoul

Mais le succès de l'exportation de la Corée du Sud est en grande partie dû à un phénomène qui a conquis le monde entier depuis les années 2010 : la K-pop. Désignant l'ensemble des musiques originaires du pays, englobant un grand nombre de styles musicaux et représentée par des personnalités fortes, elle témoigne d'une industrie bien différente de celle de l'occident, où les artistes sont triés sur le volet par des années de sélections afin que les plus grandes maisons de disques puissent créer l'unité qui obtiendra l'impact le plus significatif auprès des auditeurs. Si elle n'était souvent destinée qu'au public coréen ou à celui des pays voisins, la tendance est désormais à l'exportation de cette industrie par l'utilisation plus récurrente de l'anglais dans les chansons ou par des stratégies de communication dont la cible est bien plus large que le seul public de la Corée du Sud. Si les précurseurs de cette méthode furent des groupes tels que BTS ou Blackpink, qui sont encore des références permettant au pays de prospérer dans les nations du monde entier, les chiffres montrent d'autant plus l'influence de la France sur les chiffres de ventes pour les groupes plus actuels comme Stray Kids, dont le dernier album en date atteignit la première place des ventes lors de la semaine de sa sortie, et dont près de 60 000 fans ont pu prouver leur passion lors du festival Lollapaloza à Paris.

Crédit : stray Kids, Lolapalooza Paris, X, 2023

La Corée du Sud n'a pas fini d'attirer les français, dans une démarche de pur divertissement par sa musique ou les nombreux films et séries qui prolifèrent sur les plateformes de streaming du monde entier, comme de visite touristique pour découvrir un environnement qui éloigne des problématiques qui peuvent toucher notre société occidentale. Elle est l'une des nations dont l'économie se repose énormément sur l'exportation de ses produits et se réjouit de l'arrivée de nouveaux adorateurs de sa culture.

Par Ethan Grimaud

Dernière modification le 25/08/2023 à 13h28

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration SHAHIN HAZAMI : Interview Life

SHAHIN HAZAMI : Interview Life

Image illustration BLOWSOM : la musique et l'amour comme remède

BLOWSOM : la musique et l'amour comme remède

Image illustration La seconde édition du festival Pop&Psy : “L'inclusion, ce n'est pas inné, c'est un effort. Il ne suffit pas de le dire pour le faire.”

La seconde édition du festival Pop&Psy : “L'inclusion, ce n'est pas inné, c'est un effort. Il ne suffit pas de le dire pour le faire.”